Qu’est-ce qu’un héro ?

Quel meilleur endroit qu’un blog dédié à la fiction pour parler des héros ? D’abord bien sûr il y a les héros de nos romans, ceux que nous avons aimés étant enfant, ceux qui nous font rêver en tant qu’adulte. Les héros incarnent tant un idéal, ce vers quoi on voudrait tendre intellectuellement, spirituellement ou même plus prosaïquement physiquement ? Des êtres « parfaits » qui incarnent notre vision de la perfection. Puis il y ces héros, toujours fictifs, qui n’ont rien d’attachant ou d’enviable. Ces anti-héros qui nous font bondir, qui nous hérissent, qui nous dégoûtent même parfois… Pourtant on s’attache à eux et on les suit jusqu’au bout de la lecture, et ils nous poursuivent à vie. Pourquoi nous font-ils rêver ? J’imagine qu’ils nous permettent de vivre d’autres choses, d’autres vies, de faire d’autres expériences. Pour le temps d’un livre, on est quelqu’un d’autre. On s’évade de soi-même pour devenir autrui. Quelle sacrée expérience !

Or, en tant qu’auteure, j’ai ce même plaisir à incarner d’autres personnes, à vivre à travers elles des vies différentes. Je suis tous mes personnages et ils sont aussi moi, quelque part. Je leur insuffle la vie et je les dirige, certes, mais parfois ils arrivent à me surprendre, et m’emmènent là où je ne les attendais pas. (d’ailleurs, je vous parlerai très bientôt plus en détails de Romain). Mais pourtant, ce n’est pas tant les héros fictifs qui m’interpellent ici. Je voulais rendre hommage aux vrais héros. Alors qui sont les vrais héros ?

J’étudie avec mes élèves ce thème de l’héroïsme. Bien sûr, les ados pensent immédiatement à Batman, Superman ou X-men. On ne pense jamais d’emblée que les vrais héros sont ceux auxquels on ne pense jamais, parce qu’ils œuvrent souvent dans l’ombre, sans faire de bruit et sans publicité. D’ailleurs avec aucun moyen : ils n’ont rien, pourtant ils font des miracles ! L’héroïsme, le vrai, est bien souvent là où on ne pense pas à le chercher…

Alors maintenant évidemment, dans notre contexte actuel, je pense à tous ces personnels médicaux qui luttent pour la survie de malades qu’ils ne connaissent pas. Mais ils le font avec dévouement et beaucoup de compassion. Et ce, jour après jours, sans se poser de question. (avec des blouses en papier et des masques bricolés et cousus mains !) Oui mais c’est leur métier, me direz-vous ? Ils l’ont choisi… Certes, ils l’ont choisi, et rien que ça c’est exceptionnel, méritoire, admirable. Ils ont choisi de se dévouer aux autres, aux personnes fragiles, malades, mourantes…en risquant eux-mêmes leurs vies. N’est-ce pas de l’héroïsme ?

Puis il y a aussi des hommes et des femmes qui vivent dans l’opulence occidentale que nous connaissons, dans un pays industrialisé et développé économiquement, à la pointe du progrès technologique, sanitaire, scientifique, des personnes qui décident un jour de partir à l’autre bout du monde pour aider les plus démunis. Je voudrais leur rendre hommage. Médecins sans frontière, personnels d’ONG diverses, connues ou moins connues… je pense à vous ! Bravo ! C’est de l’héroïsme.

Je pense à ce jeune homme, Romain… dont je viens de faire la connaissance (pas mon personnage, car il est bien réel !). Ce Romain là est parti en Indonésie, non pas pour dorer sur les plages en buvant des cocktails, mais bien à Jakarta pour aider les jeunes les plus démunis à sortir de leur misère, les aider à s’insérer professionnellement afin d’avoir une vie décente et un avenir ! N’est-ce pas de l’héroïsme ? Alors je pense à toi, Romain, et à vous tous qui vous investissez jour après jour pour autrui, avec dévouement, abnégation et persévérance. Particulièrement en ce moment, car le Covid 19 frappe encore plus durement les pays les plus pauvres et la maladie, la mort viennent s’ajouter à la misère.

Merci pour ce que vous faites, les vrais héros, c’est vous tous !

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.