Le catalyseur de solitude

En cette période particulière de confinement, il y a un sujet qu’il me semblait intéressant d’aborder, celui de la solitude. Or, nous ne sommes pas tous égaux face au confinement. Il y a les personnes qui ont la chance d’être entourées par leurs proches, conjoint(e), enfants. Mais il y a aussi, et ils sont nombreux, celles et ceux qui se retrouvent totalement isolés. Je pense notamment aux célibataires, divorcés et autres étudiants ou personnes âgées. N’oublions pas que même si certains sont entourés et voient du monde, et même si leur entourage est bienveillant et attentif, ils demeurent seuls, car privés de contacts avec leurs proches et leurs familles (c’est le cas des personnes âgées en établissement spécialisé.) Or, cet épisode inédit, dont on ignore tout, jusqu’à sa durée, est particulièrement anxiogène et délétère. Et il pourrait bien précipiter la disparition de certaines personnes plus fragiles psychologiquement. J’ai donc une pensée toute particulière pour toutes ces personnes isolées.

Pour tous, les écrans qui sont déjà très présents d’ordinaire constituent dans le présent contexte, une vraie bouffée d’oxygène, la fenêtre sur le monde et les autres. Il devient l’unique lien avec l’extérieur… là, pendant la crise COVID19, l’écran prend tout son sens et c’est une vraie chance. Cependant, on le sait, comme toutes innovations technologiques, les écrans ont leurs avantages et leurs inconvénients. Et sont-ils réellement les « briseurs de solitude » qu’on imagine ? Il y a malheureusement un revers à la médaille, malgré tout son éclat…La question mérite qu’on s’y intéresse.

Pour celles et ceux qui, comme moi ne sont pas « tombés dedans » étant enfant, la question de l’utilité, se pose nécessairement. Ce qui frappe, déjà en temps « normal » et depuis une vingtaine d’années, c’est l’addiction frénétique aux écrans qui règne parmi les gens. Dans le métro, le train, dans la rue, au restaurant, partout !… Chacun reste les yeux rivés sur son Smartphone, sa tablette, ou à son écran d’ordinateur. Et, chacun a toujours de bonnes raisons pour le faire. Gagner du temps, chatter, voir ses mails, lire les dernières infos, avancer la lecture de son bouquin… D’accord.. mais à quel prix ?…

Le risque du virtuel, c’est pourtant de passer à côté de la vraie vie et de l’instant présent. Or, les 3500 amis Facebook, que l’on ne connaît pas, sont-ils vraiment plus importants que la personne que l’on a en face de soi au restaurant ? ou à côté de soi dans le train ou le métro ?… Ou même son voisin de pallier ? Posons-nous la question : depuis combien de temps n’avons-nous pas pris le temps de tout simplement regarder les gens autour de nous ? (et je ne parle même pas de dire bonjour, de sourire, voire d’engager un brin de conversation…) Sous couvert de vouloir soi-disant rapprocher les gens, l’écran agit plutôt comme un catalyseur de solitude. Car il ne faut pas se leurrer… on est définitivement seul, derrière son écran, quel qu’il soit.

Malheureusement l’être humain réel, en chair et en os, est bien souvent délaissé au profit de l’avatar virtuel (ou des avatars virtuels). Or, ce que me donne à voir et à connaître cet « autre », derrière son avatar et son pseudonyme, est-il ce qu’il prétend être ? n’est-il pas simplement une image, un rôle, un vernis illusoire ? Pourtant, il faut sortir de l’illusion… un avatar est, et restera une virtualité, dont l’identité véritable ne nous sera jamais dévoilée. (sauf dans de rares cas où l’on aura bien voulu d’un commun accord, franchir la frontière entre monde virtuel et réalité).

Cependant, il faut le reconnaître, parfois, l’écran fait office de « rempart ». Il nous rassure, nous protège, nous évite de nous livrer. Il agit comme une protection face à l’Autre, à cet inconnu dont on ignore tout … Or, à force de se protéger, de fuir l’Autre, cet inconnu de la vraie vie, on finit par en avoir peur ! Pourtant cet « autre » inconnu que l’on fuit, il est comme nous. C’est un être humain avec ses qualités et ses défauts, ses faiblesses et ses forces. Alors, quand délaisserons-nous les mirages de la virtualité, pour revenir ici et maintenant, dans la vraie vie et l’instant présent ?

Si nous faisons ce choix de revenir dans l’instant présent, ici et maintenant, dans la vraie vie, c’est tout un monde de nouvelles opportunités qui s’offre à nous ! tout un monde de vraies rencontres, authentiques et sincères. Autant de possibilités de permettre aux destinées de s’accomplir, et de laisser s’opérer la magie de l’instant.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.